© JAF PARIS site officiel 2015            mentions légales

POUR ETRE INFORMÉ DES ACTUALITÉS DE LA JAF

LES ANCIENNES CROYANCES ARMENIENNES

Les données historiques sont très peu nombreuses sur le paganisme arménien.

 

La base fondamentale de cette religion, comme de celle des Persans zoroastriens, est constituée par les cultes du Feu, de la Lune, du Soleil, avec le principe du Bien et du Mal.

 

La nature d'Arménie, gigantesque et sublime a dû avoir une influence puissante sur la formation et le développement des sentiments religieux. L'Arménien primitif, sans défense devant les forces terribles de la nature, s'agenouille en priant devant les phénomènes naturels : le soleil, le feu, l'eau, les forêts, les montagnes crachant le feu, autant de divinités vivantes pour cet homme simple. Il personnifie les forces bienfaitrices de la nature dans ses divinités bienfaitrices : Aramazd, Vahagn, Anahit et Astghik.

 

Les devs (démons), par contre, incarneront les forces malfaisantes, ils seront les ennemis de l'homme.

 

La divinité suprême est "le grand et puissant Aramazd, le créateur du ciel et de la terre, le dispensateur de l'abondance et de la fertilité, le père de tous les dieux".

ARAMAZD

ANAHIT

Anahit est la déesse la plus renommée et la plus aimée en Arménie, car elle est "la grande dame, la gloire et la vie de la nation arménienne, la mère de toute sagesse, la bienfaitrice du genre humain : elle est la fille du grand et puissant Aramazd ; par elle, vit et prospère tout le pays arménien, qu'elle couvre de sa protection".

 

Vahagn, doué d'une force et d'un courage surnaturels, parcourt le pays, le purifiant des forces méchantes et combattant les dragons. Les bardes de l'antiquité l'on chanté et le peuple vénère le soleil en sa personne.

La Naissance de Vahagn

Le ciel était en gésine

La terre était en gésine

Et en gésine la mer purpurine

Et dans la me le roseau rouge en gestation

Du corps de ce roseau de la fumée sortait

Du corps de ce roseau de la fumée sortait

Du corps de ce roseau le feu jaillissait

Et le feu engendra un blond éphèbe bondissant

Sa chevelure était de feu

Sa barbe était de feu

Et ses yeux étaient des soleils.

(traduction : Marc Delouze)

Vahagn a pour femme Astghik (petite étoile), la déesse de l'amour, dont le temple s'appelle "la chambre à coucher de Vahagn".

 

Nanée est une autre fille d'Aramazd. On connaît très peu de choses d'elle, elle est probablement la déesse de la guerre, dont le culte est intimement lié à celui d'Anahit.

ASTGHIK

NANEE

Mihr est le fils d'Aramazd. Dieu de la lumière, le temple de Garni lui était dédié.

 

Tir ou Tur est le dieu des songes et des sciences, il est la "plume"  ou le "secrétaire" d'Aramazd.

MIHR

TIR

Vanatour ou Amanor est le dieu de l'année (amanor : nouvelle année), le dieu du temps et des saisons ; c'est pourquoi on l'appelle aussi Amenaber c'est à dire celui qui a la vertu de faire fructifier la terre.

 

Ara est le dieu du Printemps, de l'agriculture et de l'eau. Il symbolise la vie.

 

Tsovinar ou Nar est la déesse de l'eau, de la mer et de la pluie.

 

Bakht est l'esprit qui dans la croyance traditionnelle arménienne décide de l'avenir de l'homme.

 

Grogh est l'esprit qui dans la croyance traditionnelle arménienne note les actions de l'homme durant sa vie. C'est le "hokéar", le gardien des âmes.

extraits tirés de : Les anciennes croyances arméniennes d'Avétis Aharonian et Poésie Arménienne, Anthologie (EFR).

sources : www.grapaharan.org - http://fr.slideshare.net/tereza2000/haykakan-dicaran-44275072 -